JetCamer News

Switch to desktop Register Login

Articles

Cameroun - An 29 du RDPC: Les divisions refont surface dans la Mifi

Thursday 27th March 2014

altLa guerre de positionnement entre les affidés de J.C. Fongang et ceux de Ngouchinghé Sylvestre dit Congelcam a meublé les festivités à Bamougoum en dépit de la présence de Midjiyawa Bakari, gouverneur de la région de l’Ouest. A Bafoussam Ier, les partisans de Jules Hilaire Focka et ceux du tandem Ouahouo-Foka ont fêté dans la divergence, sans se préoccuper du regard du n°1 de la région.


I- Dénonciation des forces de l’argent à Bamougoum

Ce 24 mars 2014, à la fin de la célébration du 29e anniversaire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Bakari Midjiyawa, gouverneur de la région de l’Ouest est attendu dans les locaux d’un hôtel de la place par Sylvestre Ngouchinghé, membre du Comité central du Rdpc et promoteur de la société Congelcam Sa. Mais il ne s’y rend pas. Ce qui semble monter la moutarde chez le milliardaire et ses partisans. Une mobilisation spéciale des populations de la ville de Bafoussam à l’esplanade de l’hôtel de ville de la cité régionale vendredi 14 mars 2014.

MUSIC VIDEO NON-STOP

Des hommes et des femmes qui n’ont point voulu participer ou assister à la réception organisée par Joseph Confiance Fongang, président de la section Rdpc de la Mifi-Ouest à Bamougoum et ancien député à l’Assemblée nationale. En sa qualité de chef politique et principal organisateur des festivités de l’an 29 du Rdpc à Bamougoum, celui-ci n’est pas passé par quatre chemins pour dénoncer «ces militants qui ont tenu une organisation parallèle des festivités». D’ailleurs dans son allocution à ce meeting tenu à Kena, Joseph Confiance Fongang a adressé une mise en garde à ceux qui veulent détruire le Rdpc dans la section de la Mifi Ouest «avec de l’argent». Bien qu’il n’ait pas cité son nom, l’observateur du landerneau politique local comprend bien que l’ancien député s’adresse à Sylvestre Ngouchinghé. Ce dernier aurait manœuvré au niveau des instances faitières du parti du flambeau ardent pour que la candidature à l’investiture pour la députation de Joseph Confiance Fongang soit recalée dans le cadre du double scrutin du 30 septembre dernier.

Par la suite, le président de la section Rdpc de la Mifi Ouest a lancé un appel à l’endroit des militants afin qu’ils cessent de distraire par les sirènes de la division. Un discours similaire a été prononcé par Jules Hilaire Focka Focka, maire de la commune de Bafoussam Ier et président de la section Rdpc de la Mifi Centre. « Nous tendons la main aux autres. Nous sommes ouverts au dialogue. Ils doivent revenir à de meilleurs sentiments pour l’unité du parti», s’exprime-t-il. Une manière d’inviter Joseph Ouahouo Tama, M. Focka et autres militants du Rdpc à la table de la réconciliation. Mais ceux-ci et leurs proches ont suivi l’exemple de Ngouchinghé Sylvestre à Bamougoum. Ils ont organisé une réception spéciale à l’endroit des militants qui leur sont proches. Des sons de discordance qui traduisent que la réconciliation n’est pas pour demain dans la Mifi.


II - L’hymne de la réconciliation

Un appel au rassemblement déjà lancé par Emmanuel Nzété, délégué du gouvernement auprès de la Cub et président de la commission de supervision de la campagne du Rdpc, à l’occasion du méga meeting de remerciement initié par lui à l’endroit des populations du département de la Mifi et à Paul Biya pour les victoires du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) aux élections couplées du 30 septembre 2013. Ce qui n’a pas manqué de susciter la présence des fils et dignitaires du parti du flambeau ardent dans la Mifi. Jean-Pierre Soh, secrétaire général du ministère des Transports, Dr Pascal Nguihé Kanté, universitaire, directeur de vulgarisation au ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation(Minresi) et grand conseiller à la Cub et bien d’autres ont effectué un déplacement spécial de Yaoundé pour répondre à l’invitation d’Emmanuel Nzété.

Des interventions poignantes ont aussi meublé les séquences de cette rencontre politique. « Si véritablement tous les coups sont permis en politique, … est-ce que la politique ne peut pas se faire et bien se faire dans l’ordre et la discipline, dans le respect de l’autre et de ses idées ?Est-ce que la politique ne peut pas se faire autrement que ce qui se fait actuellement dans la Mifi ? », s’interroge André Richard Wouembé, porte-parole des élites de la Mifi lors du meeting de remerciement organisé à l’esplanade de la Communauté urbaine de Bafoussam, en présence du secrétaire général de la région de l’Ouest Simon-Emile Mooh, représentant le gouverneur empêché. «Aussi, souhaitons-nous vivement qu’à la faveur de ce meeting, chacun fasse son introspection afin que force revienne au parti », souhaite l’homme d’affaire. Selon Emmanuel Nzeté, initiateur du meeting et par ailleurs délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Bafoussam (Cub), il était sage de rendre compte à tous leurs militants (Mifi-centre, Mifi-nord et Mifi-ouest ; Ndlr), et les remercier pour les sacrifices consentis lors des dernières législatives et municipales. C’est leur ferveur militante qui, poursuit-il, a permis que « depuis l’avènement du multipartisme dans notre pays, les populations de la Mifi ont voté pour notre grand parti national, et le Rdpc a ainsi relevé le défi jadis utopique d’arracher des griffes d’une opposition qu’on disait indétrônable, deux des trois communes du département de la Mifi et conservé son siège de député ».

L’occasion faisant le laron, le député Kankeu Joseph a, dans son discours de circonstance, dévoilé son principal champ de bataille basé sur le développement local, et dont la réalisation passe par une collaboration avec les différents exécutifs municipaux. Toutes choses qui, va-t-il préciser, « permettront de relever les standards de vie et améliorer le bien-être des populations ». Quid de l’intervention du chef supérieur Bafoussam, le Fo’o Njitack Ngompé Pelé qui a exhorté toutes les communautés résidant à Bafoussam à parler le langage de la paix et de l’unité, gages d’une « construction durable … pour nous-mêmes et pour nos enfants », a-t-il plaidé. Les membres de divers groupes du parti du flambeau ardent dans la Mifi ont aussi répondu à l’appel de M. Nzété, et se sont retrouvés à la tribune. Jules Hilaire Focka Focka, maire de la commune de Bafoussam Ier, Joseph Ouahouo, l’un de ses adjoints entré en dissidence avec ses affidés étaient tous là.

Le Fo’o Joseph Tchinda de Bapi, le Fo’o Jacques Fotso Kankeu de Bamougoum et le Fo’oNjitack Ngompé de Bafoussam ont aussi effectué le déplacement. Intervenant au nom de ses homologues, ce dernier a sifflé la fin de la recréation. «Ce triste sort est désormais conjuré. La Mifi retourne finalement la tête et sort de l’eau. Nous félicitons à cet effet tous les acteurs politiques », soutient-il. Par la suite, l’autorité traditionnelle a fustigé les amateurs de «la division» et ceux« du double langage et des actes de rébellion face aux autorités».Par la suite, le Fo’o des Bafoussam déclare que «la Mifi et Bafoussam ont toujours été une terre hospitalière ».


III- Un axe politique entre autochtones et allogènes

M. MbambaMbamba a prononcé un mot de remerciement au nom des populations originaires des autres régions du Cameroun. Christophe Wandji a parlé au nom de ceux des autres départements de la région. Et tous ont tiré un coup de chapeau à l’élan hospitalier du premier magistrat de la ville. Sans orgueil, Emmanuel Nzété a partagé tous ses honneurs avec les autorités traditionnelles locales. «Mes vifs remerciements vont également à l’endroit de leurs majestés les chefs supérieurs rois des Badeng,Bapi, Baleng, Bamougoum et Bafoussam qui ont été pour nous des canaux sûrs et efficaces pour mobiliser et diffuser au sein de leurs administrés les programmes de société défendus par les candidats du Rdpc »,déclare-t-il. « Et comment ne pas remercier enfin toutes les électrices et tous les électeurs, toutes les militantes, tous les sympathisants du Rdpc et de tous les partis politiques», souligne Emmanuel Nzété dans son allocution, très acclamée.

Une manière de traduire qu’il existe une véritable symbiose entre les populations de Bafoussam et leur délégué du gouvernement qui entend les convaincre, au quotidien, à travers les réalisations qu’ils mènent et qu’il entend continuer pour le développement de la métropole régionale de l’Ouest. « Je voudrais ici m’adresser spécifiquement à sa majesté Njitack Ngompé Pélé, chef supérieur, roi des Bafoussam qui nous a affirmé solennellement pendant la campagne électorale que le Rdpc n’a jamais perdu une élection dans son groupement ». Fort de cette déclaration, je voulais le rassurer de mon entière disponibilité à œuvrer avec lui chaque fois qu’il est question de défendre l’honneur et les intérêts du Rdpc dans l’arrondissement de Bafoussam Ier. », Indique le premier magistrat de la ville de Bafoussam.

Après ce clin d’œil particulier au Fo’o Njitack, il salue les chefs des communautés allogènes de la place. « Et comment ne pas remercier enfin toutes les électrices et tous les électeurs, toutes les militantes, tous les sympathisants du Rdpc et de tous les partis politiques non seulement pour leur participation républicaine aux dernières consultations électorales, mais aussi pour la clairvoyance qu’ils ont eue de voter dans leur grande majorité en faveur des listes présentées par le RDPC. Je voudrais ici faire un clin d’œil spécial à toutes les femmes qui, comme nous le savons, représentent près de 52% de notre population et qui sont par voie de conséquence les plus nombreuses ainsi à participer à tous les scrutins et surtout à voter pour le Rdpc. Très chères femmes ; soyez-en infiniment remerciées. Honorables chefs des familles de toutes les communautés camerounaises résidant dans la ville de Bafoussam, messieurs les membres de l’association des transporteurs urbains par moto », conclut-il.


© Guy Modeste DZUDIE : Le Messager


publisher banner

Copyright JetCamer.com. All rights reserved.

Top Desktop version